Champagne Charles Ernest

Un terroir magique, entre forêt et maisons de pierre.

Cette parcelle, c'est la Petite Marrère, un terrain pentu (+ de 35 % de dénivelé) qui abrite des vignes de plus de 35 ans. Une vigne exposée au soleil du matin au soir et un sol identique aux grands terroirs de la toute proche Chablis. Il n'en faut pas davantage pour faire un champagne d'exception.

Vous avez peut-être l'impression que nous vous présentons une cuvée et non pas son vigneron, eh bien c'est normal. Car derrière le champagne Charles Ernest se cache Emmanuel Rigollot, vigneron de la Maison éponyme. Alors pourquoi cette seconde marque de Champagne ?


Charles Ernest et Emmanuel Rigollot, deux marques pour un même vigneron.


Avec ses 6,80 hectares de vignes, la Maison Rigollot possède de nombreuses parcelles qui sont autant de terroirs avec lesquels notre vigneron peut jouer pour élaborer un vin qui lui ressemble. Mais quelle que soit la Maison ou le vignoble, chaque vigneron possède sa parcelle de prédilection, un bout de terre qui lui tient particulièrement à cœur et où le travail de la vigne n'a pas tout à fait la même saveur que partout ailleurs. Pour Emmanuel Rigollot, cette parcelle, c'est la Petite Marrère.


Et pourtant, avec ses 35 % de pente, bien au-delà des rues les plus pentues de San Francisco, cette parcelle aurait de quoi décourager les vignerons les plus aguerris. Mais si l'homme rechigne à la tâche devant une telle inclinaison, ce coteau est un terrain propice pour le développement de la vigne. Ajoutez à cela du soleil à longueur de journée et un sous-sol identique aux grands terroirs de Chablis, il n'en fallait pas moins pour obtenir des raisins d'une qualité exceptionnelle.


Avec un tel patrimoine, difficile de résister à la tentation de réaliser un champagne de terroir : une année et une parcelle. Et naturellement, comme tout millésime d'exception, ce champagne ne sera élaboré que lors des grandes années. La Petite Marrère était née, un 100 % Pinot Noir dosé en Extra-Brut.


Pour ce champagne d'exception, Emmanuel fait le choix de le différencier du reste des champagnes de la maison et de créer une nouvelle marque. Pour cela, quoi de plus évident que de lui donner le nom de ses deux arrières grands-pères, tous deux vignerons et propriétaires de la parcelle en question.